• Cohérence métropolitaine

    L'une des "avancées" du rapport Balladur est certainement l'accent mis sur les métropoles, moteur du développement économique de nos territoires. Cet enjeu a d'ailleurs été souligné par Pierre Vletz dans un article publié dans Le Monde daté du 7 mars, dans le dossier débats consacré au rapport Balladur.

    Mais il faut paut-être alors s'étonner que ce même rapport ne développe pas complètement les conséquences dans ses propositions.
    En effet, ces métropoles dépassent souvent le découpage administratif (départements et régions) par leur influence et la structuration économique des territoires qu'elles engendre. La proposition d'intégration du département de l'Oise à la région Ile-de-France ne fait que constater une évidence actuelle et sans démarche prospective sur les territoires directement impactés par le développement de la région capitale et de son urbanisation.
    Ainsi, le rapport constate l'existence de 11 métropoles (pour 1 ou 2, leur rôle reste à prouver), et propose le redécoupage régional en 15 "grandes régions". Ce manque de cohérence pourrait s'avérer néfaste, si, de plus, pour des raisons politiques, les futurs conseils régionaux qui en découleront viennent contrer ou ne pas relayer les dynamiques portées par les métropoles.

    Mais le plus grand enjeu se situe autour de la question de l'organisation des responsabilités autour du dynamisme des métropoles.
    Si les métropoles concentrent les développements économiques structurés nécessaires à une compétitivité européenne ou mondiale, il est aussi nécessaire que les retombées profitent à l'ensemble des territoires alentours. Car c'est en partie grâce à eux que le métropole peut se développer. Elle a besoin de ressources (naturelles, foncier ...) que sa zone d'influence lui fournit, de même sa population accepte la concentration sous réserve de pouvoir aller "respirer" dans les paysages, la campagne alentour. Elle a donc une responsabilité sur le développement et la qualité de ces espaces, ce qui devrait notamment se traduire par une aide financière.

    Mais cette organisation nécessite un accord entre l'ensemble des élus des différentes collectivités territoriales aux différentes échelles, ce qui n'est pas toujours évident. Si des exemples comme Bordeaux montrent que c'est possible, ils restent rares, souvent pour des raisons de politique "politicienne" ...

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :