• Durabilité des politiques électoralistes

    A l'occasion des élections européennes et grace au score des Verts, les élus (locaux et nationaux) ont subittement compris que les enjeux environnementaux intéressaient leurs électeurs, au delà de simple discourts. Cette prise de conscience très tardive n'a malheureusement pas été suffisante puisque les habitudes reviennent au galop : la mise en oeuvre de programmes (nationaux et territoriaux) sont plus orientés par des conditions électoralistes (erronnées) que par la réalité des enjeux du territoire.

    Il apparaît ainsi certain que les condtions de mise en oeuvre de la troisième génération des "pôles d'excellence ruraux", ou PER, auront moins pour objectif de permettre le soutien à des projets capables d'initier une dynamique économique inovante sur un territoire, que de permettre à des élus locaux (souvent proches de sénateurs ruraux) de financer un projet local en déclin.
    La critique, certe forte, portée sur cette politique territoriale, peut malheureusement être reprise dans de nombreux autres cas, aussi bien au niveau national qu'au niveau local (région, département ...). C'est ce qu'il est courant d'appeler le clientèlisme.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :