• Le MEDEF : culture des intérêts privés

    Dans Le Parisien du 9 mars, Laurence Parisot répondait aux questions de lecteurs du quotidien.
    Dans cet exercice, elle a reporté lentière responsabilité de la crise sur l'administration Bush, lui reprochant notamment le fait de ne pas avoir joué son rôle de gendarme. Mais la situation française, et les excès des entreprises de l'hexagone, ne dépendent-elles pas de notre propre contrôle ?
    Dans ce même échange, elle justifie le refus du MEDEF local, en Guadeloupe, de signer l'accord en dénonçant la caractérisation économique de l'ile par la plantation de bananes et l'image esclavagiste que cela véhicule selon elle. Pourtant c'est une réalité construite par le libéralisme. Et elle complète en précisant que cela ne peut que conduire à la ruine des entrepreneurs locaux ... La relation de causalité n'est pas évidente. Il est surtout étonnant qu'elle reprenne ainsi le thème des propos du leader du LKP, assigné en justice pour injures raciales.

    Ces éléments, qui mériteraient d'être compétés, montrent à quel point dans le traitement de ce dossier, comme dans d'autres, la représentation nationale a peu de connaissance du fond du dossier. Cette situation permet ainqi à la délégation locale de ne soutenir que les seuls intérêts individuels. L'intérêt collectif, dans le domaine de l'entreprise, a ainsi été mis à mal par la dégradation d'une situation pas particulièrement exemplaire.

    Ainsi, après de tels propos, comment voir en elle, et à travers elle dans l'ensemble du MEDEF, un interlocuteur raisonnable pour la construction d'une société durable ?

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :